Le Président Trump gagnera l’élection grâce à la Constitution.

0
595

Par Jim Waurishuk, colonel à la retraite de l’USAF, ayant servi pendant près de 30 ans en tant qu’officier principal du renseignement et des affaires politico-militaires. Actuellement, président du comité exécutif et du parti républicain du comté de Hillsborough (FL) et siège au conseil d’administration du Parti républicain de Floride.

La Constitution américaine n’a jamais accordé au SCOTUS (Supreme Court Of The United States) le pouvoir de décider d’une élection. Ce pouvoir appartient à la Chambre des représentants, qui se réunira le 6 janvier. Il n’existe « aucune autorité supérieure ou finale » par rapport aux législatures des États lorsqu’il s’agit d’élections. Encore une fois, même la Cour suprême n’a pas le dernier mot en la matière, croyez-le ou non. C’est un fait.

Je crois que le président Trump savait que l’affaire serait rejetée, et voici pourquoi :

1) L’un des avocats de Trump est la femme de Mark Levin. Ceux d’entre nous qui suivent la politique présidentielle interne et ceux qui ont des gens à l’intérieur savent que les Levin sont des autorités de premier plan en matière de droit constitutionnel, comme le sont plusieurs autres membres de l’équipe juridique de Trump.

2) Beaucoup d’autres avocats et spécialistes du droit constitutionnel le savaient avant même que le procès du SCOTUS ne soit intenté.

Pourquoi est-ce important ? Le dépôt du Texas était insuffisant. Leur argument était faible, si faible que Levin et les autres avocats du président auraient dit au président Trump il y a quelques jours que cette affaire n’allait pas être entendue. En fait, Mark Levin a bien dit qu’elle ne serait pas entendue dans son émission de radio, et il avait raison.

Le juge Alito de la Cour suprême avait raison dans sa décision. Il a fait valoir que l’État du Texas n’était pas aussi sérieux qu’il le prétendait au sujet d’une résolution. En fait, cela aurait créé un terrible précédent d’accepter l’affaire en se basant sur la façon dont elle a été rédigée et présentée.

Le juge Alito a déclaré que tout comme dans l’affaire « Arizona contre Californie 589 U.S. », au cours de laquelle ils se disputaient la distribution de l’eau du fleuve Colorado, les actions d’un État ne pouvaient pas priver de leurs droits les actions d’un autre État.

Le fait est que le Texas ne peut pas dire qu’il a été lésé parce qu’il a voté pour Trump, et la Pennsylvanie pour Biden, même si ses lois électorales étaient illégales. Un État ne peut pas dicter les actions d’un autre État ; sinon, nous aurions la préséance sur l’individualité des États. En outre, le Texas n’a pas été un État lésé ou blessé lors de cette élection.

Quelle serait la prochaine étape ?

La Californie poursuivrait-elle le Nevada pour obtenir des réductions d’impôts plus favorables, incitant les entreprises californiennes à s’y enregistrer, privant de leurs droits les autres contribuables et les programmes californiens qui ont besoin de l’argent des contribuables ?

Dans le processus juridique, c’est l’« accusateur » qui subit la plus grande pression dans l’affaire. L’accusé est innocent par défaut, donc toute la contrainte est sur l’accusateur d’apporter la preuve. En même temps, si le juge rejette l’affaire de l’accusateur avec préjudice, l’accusateur ne peut pas porter plainte à nouveau.

Ce que je veux dire, c’est que le « plus grand risque » pour une affaire est de devenir le procureur. En fait, il est plus facile de se « défendre » que de « prouver » que la personne que vous définissez comme « accusée » est coupable. Celui qui porte l’affaire en premier court le plus grand risque de perdre avant même d’avoir eu la chance de se battre.

Pourquoi est-ce important ? Parce que le président Trump a plus de chances de gagner en tant que défendeur qu’en tant qu’accusateur.

Le président Trump n’a pas besoin des tribunaux pour gagner. Il n’a besoin que des « législatures d’État » qui fassent leur travail. Bien sûr, s’il obtient une audience du SCOTUS, alors ce n’est que la cerise sur le gâteau.

Maintenant, laissez-moi vous expliquer ce qui va se passer.

Notez que les législatures des États ne seront probablement pas très « heureuses » à ce sujet. Elles peuvent avoir l’impression d’avoir été privées de leurs droits, soit cette semaine, et plus encore le 6 janvier (lorsque le Congrès comptera les votes), les législatures des États changeront leurs certifications au président Trump, c’est-à-dire aux quatre États inclus dans le procès original du Texas au SCOTUS, et probablement même à l’Arizona et au Nevada.

Il est certain que cela entraînera une bataille juridique interne au sein des États. Mais en vertu de l’article 2, section 2 de la Constitution, les législatures des États ont le dernier mot sur le choix du gagnant de leur État. Cela va sans aucun doute mettre en colère les gouverneurs des États concernés qui ont tous « illégalement certifié » le résultat, et les États qui ont illégalement adopté des lois d’État qui privent les législatures d’État de leur article 2, section 2 de l’autorité constitutionnelle. Les États diront : « Nous avons le droit. Nous ne reculons pas ». Je m’attends à ce que le procureur général de l’État dise : « On se reverra au tribunal ».

Voici maintenant le « deuxième scénario » que j’ai mentionné.

Comprenez que le SCOTUS est entre le marteau et l’enclume. Le SCOTUS n’a pas le pouvoir de dire aux législatures des États d’ignorer la Constitution et de suivre la loi fédérale. Rappelez-vous de cela, car la Constitution prévaut automatiquement sur la loi fédérale. Ils peuvent donc faire l’une des deux choses suivantes :

1) Prendre cette plainte, et peu importe ce qu’ils décident, les législatures des États peuvent l’ignorer puisqu’elles ont des droits constitutionnels.

2) Le SCOTUS peut faire ce que je pensais qu’ils finiraient par faire, c’est-à-dire rejeter l’affaire. Le SCOTUS a pu justifier un nouveau rejet de l’action en justice. Encore une fois, en résumé, le SCOTUS a rejeté l’affaire du Texas parce que le Texas a déposé sa plainte sous la forme d’une « demande d’autorisation de déposer un acte de plainte » et parce que le SCOTUS signale au Texas et aux autres États que s’ils déposent leur plainte sous la forme d’une « demande de dépôt d’acte de plainte », alors leur affaire sera entendue.

Par conséquent, on ne peut pas dire que le SCOTUS était politisé puisqu’il a rejeté les deux affaires. Mais en rejetant l’affaire, ils ont légitimé les décisions de la législature de l’État. Avec cela, le président Trump gagne.

Mais que se passera-t-il s’ils reprennent l’affaire après que l’État du Texas ait relancé le contentieux ? Vous vous souvenez quand j’ai dit qu’il est plus difficile de gagner en tant qu’accusateur qu’en tant que défendeur ? Il est certain que le procureur général de Pennsylvanie (par exemple) devra expliquer pourquoi et comment une loi fédérale peut passer outre à la Constitution. Il ne le peut pas.

Je parie que cinq de ces juges ne seront pas d’accord avec cela, et qu’ils pourront littéralement citer la Constitution comme précédent et autorité finale. Ainsi, le président Trump gagne. Je pense que le SCOTUS restera en dehors de tout cela pour ne pas faire preuve de partialité.

Mais s’ils interviennent, ce sera après le 6 janvier lorsqu’il y aura une crise constitutionnelle, et ils devront alors régler la question de trois manières possibles.

1) Ignorer les plaintes. Le président Trump gagne.

2) Prendre cette plainte, invalider l’élection, la donner aux assemblées législatives des États pour qu’elles votent. Là encore, le président Trump l’emporte, car nous avons une majorité de 30 États.

3) Prendre l’affaire en main, ordonner un audit national, et certifier à nouveau toutes les fraudes massives et généralisées. Le président Trump gagne.

Au final, le président Trump gagnera. Vous pouvez lancer ces dés autant de fois que vous le souhaitez.

La Constitution remportera cette élection pour le président Trump.

Source : geopolinter.fr