PSYCHOSE – CORONAVIROSE – VACCINOSE – Maudite Vaccination

0
221

Cet essai est, strictement, consacré aux thèmes de la psychose et de la non-existence du coronavirus Covid/19 à l’instar de la non-existence du virus du Sida/VIH et à l’instar de la non-existence du virus H1N1 de 1918. Accrochez-vous au bastingage car la mer médiatique va devenir houleuse!! Au vu de l’accélération de la Dictature  – à savoir de l’orchestration de l’enfermement de la population et de la suppression de toutes ses libertés – je mets en ligne la première partie de ce dossier dont la finalité est de mettre en lumière que ce n’est pas le CovID/2019 qui crée une narration…

Vaccinations Anti-Méningite et Pathologies Respiratoires Imputées au Coronavirus ID/2019

Tout au contraire, c’est une “narration” qui crée le CovID/2019 et qui amène, tout naturellement, à une autre “narration”, celle de l’Agenda ID/2020 mis en place, en janvier 2020, par la Fondation Bill Gates, par la Fondation Rockefeller, par Microsoft, par le Forum de Davos et surtout par GAVI – the Vaccine Alliance, à savoir toute la mafia pharmacratique et vaccinaliste. L’objectif déclaré de l’Agenda ID/2020 est une campagne de vaccination universelle assortie d’un puçage électronique. Elle est déjà mise en application, cette année, au Bangladesh, la première nation cobaye de cette entreprise génocidaire et criminelle.

Réveillez-vous et Révoltez-vous!

Campagnes Massives de Vaccinations anti-Méningite… en Lombardie

Aujourd’hui, la problématique fondamentale à exposer est la suivante. “La Grippe Espagnole” de 1918/1920 fut, en fait, une pneumonie bactérienne initiée par une campagne expérimentale de vaccination antiméningococcique au Kansas, durant le printemps 1918 – à l’actif de l’Institut Rockefeller pour la Recherche Médicale.

J’invite, ainsi, tous les internautes, les journalistes, les citoyens et même les “intellectuels et philosophes” (si tant est que ce vocable ait encore un sens au vu de tous ceux qui sont à genoux devant une poignée de dictateurs et de tortionnaires) à enquêter dans les régions les plus touchées par des pathologies respiratoires afin de déterminer s’il pourrait exister une corrélation avérée avec des campagnes de vaccination massive à l’encontre de la méningite (ou même, en fait, du papillomavirus) – telle que celle de 2017 portant sur 30 000 volontaires en Bourgogne. [1]

Alors qu’en Italie, la population de la province de Bergame, en Lombardie, est la plus impactée, en ce moment, par des pathologies respiratoires dramatiques… n’est-il pas très avisé de chercher des corrélations, trop évidentes, entre ces pathologies pulmonaires et la récente campagne de vaccination antiméningococcique (gratuite), de janvier 2020, dont toute la population de cette région a été le sujet suite à une épidémie de méningite à méningocoques… impactant 6 personnes – dont deux décédèrent – en décembre 2019 ?

Le 18 mars 2020, le journal Libération titrait “Covid-19 : «A Bergame, nous faisons un enterrement toutes les trente minutes»”. [2Est-ce une coïncidence que Bergame fut, aussi, l’épicentre d’une vaccination antiméningococcique massive – juste deux mois auparavant?

Sommes-nous dans la même situation “d’infections bactériennes” que lors de la pandémie de 1918/1920 qui décima 65 millions de personnes, sur la planète et, avant tout, des personnes ultra-vaccinées et ultra-médicamentées? Voir les explications ci-dessous.

Est-ce pour cela que le Professeur Didier Raoult – totalement ostracisé et tourné en ridicule par les Autorités – insiste tant sur l’usage de l’Hydroxychloroquine et de la Chloroquine? En effet, même si ce médicament allopathique, la Chloroquine, utilisé depuis plus de 70 ans, s’est avéré de moins en moins efficace en tant qu’antipaludique – de par les résistances développées par le parasite Plasmodium falciparum [3] [4] – de nombreuses études pharmacologiques ont mis en exergue ses capacités anti-bactériennes, du moins in vitro. Par exemple, à l’encontre de la bactérie Legionella pneumophila responsable de la légionellose; à l’encontre de la bactérie Coxiella burnetii responsable de la Fièvre Q ; à l’encontre de la bactérie Tropheryma whipplei responsable de la maladie de Whipple, etc – ainsi que le Professeur Didier Raoult le met en exergue dans son étude de 2007 intitulée “Recycling of chloroquine and its hydroxyl analogue to face bacterial, fungal and viral infections in the 21st century.” [46] Les dizaines d’études, sur lesquelles le Professeur Didier Raoult a travaillé, sont disponibles sur le site du NCBI aux USA. [5]

Il est évident, bien sûr, que ces remèdes allopathiques, très toxiques, induisent des effets secondaires délétères avérés. [6] Par exemple, la Chloroquine, au contraire de l’Hydroxychloroquine, est excessivement dangereuse pour les quelques centaines de millions de personnes mâles qui souffrent d’une carence en glucose-6-phosphate déshydrogénase: la Chloroquine, chez ces mâles, peut provoquer une anémie hémolytique qui, dans les cas les plus sévères, entraine une dysfonction létale du système rénal. Cette déficience génétique concerne plus particulièrement les mâles de descendance Méditerranéenne et Africaine.

Il n’est, ainsi, pas dans mes habitudes de promouvoir un anti-paludique de synthèse, lorsque tant de Plantes Médicinales Maîtresses sont beaucoup plus efficaces, mais vue la situation de détresse respiratoire, chez certaines parties de la population très âgées, très vaccinées ou très psychosées, et vu le non-accès à ces Plantes Médicinales Maîtresses [7], il est sûrement très sage de rester à l’écoute de ce que le Professeur Didier Raoult préconise, en attendant mieux – même si le paradigme officiel, et conventionnel, dont se réclame ce professeur repose, en grande partie, sur une hallucination collective. D’autant plus que ce professeur s’oppose, strictement, à tout confinement d’urgence de la population et d’autant plus que l’épouvantable psychose, orchestrée par la Dictature d’Etat, crée l’inflammation ou l’amplifie. [8]

D’ailleurs, le très suspect Dr Christian Perronne – chef de service en infectiologie à Garches, vaccinolâtre invétéré (premier signataire pour les 11 vaccins obligatoires) et fanatique des antibiotiques pour le traitement de Lyme – vient de révéler que tout le stock de Chloroquine de la Pharmacie Centrale a été pillé.[9] A quel jeu joue donc le Dr Christian Perronne? Qui sont les pilleurs ?

Que se passe-t-il réellement en Macronie déliquescente ? Qui accuse le Professeur Didier Raoult d’être un gourou – alors qu’il se présente, strictement, comme un pragmatiste? Pourquoi les Décodeurs du Décodex de l’ImMonde ont-ils catégorisé les vidéos de cette éminence mondiale de la pharmacologie dans leur rubrique, tout autant immonde, de Fake-news? Vont-ils en finir avec le Professeur Didier Raoult comme avec tant d’autres chercheurs authentiques: à savoir l’incarcération, pure et simple – pour non-obéissance aux diktats de l’Etat – ou un suicide avec une balle dans le dos? Ou tout cela n’est-il que du théâtre grotesque, à savoir une vaste supercherie orchestrée par des déments criminels experts en manipulation sociale – et très experts en Mal Social ?

Que se passe-t-il réellement, au sein du Grand Théâtre Guignolesque de la Macronie très déliquescente lorsque des membres de la Tribu Levy s’épanchent, du moins officiellement, en guerre intestine? En effet, l’infâme BH Levy a pris, récemment, la défense du Professeur Raoult quant à l’offensive orchestrée, depuis des années, par le couple criminel et vaccinaliste Agnès Buzyn/Yves Levy.

Pendant ce temps, Novartis/Syngenta/ChinaChem, l’une des multinationales les plus biocidaires de la sphère Agro-Pharmacratique – rachetée par l’Etat Chinois en 2017 – la main sur le coeur, propose 130 millions de doses de Chloloroquine… [10] Pour faire oublier que leur agriculture hautement chimique et toxique tue des milliers de personnes par jour ?

Dans l’un de ses récents interviews, Didier Raoult avoue qu’en ce qui concerne les patients qu’il traite, actuellement, atteints d’infections respiratoires: «il y en a 50 % dont on ne sait pas ce qu’ils ont, c’est notre grande ignorance.» [11] D’où la question fondamentale suivante: la moitié des patients pour lesquels le diagnostic est inconnu, ont-ils été “testés” positifs, négatifs ou neutres ?

S’agit-il, donc – essentiellement, purement et simplement – d’un virus psychotique généré par une narration d’Etat tout autant psychotique ? Avec, en prime, l’arnaque des Tests de positivité/négativité… très promus, d’ailleurs, par le Professeur Didier Raoult. Quels Tests ??? Puisque le Coronavirus ID/2019 n’existe pas….

S’agit-il d’un immense théâtre de dupes avec des histoires imbriquées les unes dans les autres et toutes aussi FAKE les unes que les autres? Afin de générer une pléthore de dissonances cognitives, au sein de la population, en en accroissant d’autant la psychose ?

* * *

Le 17 janvier, le conseiller pour le bien-être de la région de Lombardie, Giulio Gallera, déclarait: « Plus de 33 500 personnes ont été vaccinées en quelques semaines contre le Meningocco C, avec des pics de 70% de l’objectif attendu. Par conséquent, la première phase du plan d’action régional pourrait se terminer, avec la fin des activités de la plupart des 14 cliniques extraordinaires… Nous ne laisserons pas tomber notre garde et, à partir du lundi 20 janvier, il sera toujours possible de se faire vacciner gratuitement par les médecins généralistes et les pédiatres de libre choix dans leurs cabinets. De plus, les vaccinations programmées se poursuivront dans les écoles et les entreprises qui ont montré leur volonté de les accueillir selon le calendrier déjà défini ».

Voici le communiqué officiel de la région de Lombardie: « En ce qui concerne les cas de méningite (méningococcie invasive C) survenus ces derniers jours dans la région du Bas-Sebino, région de Lombardie, les agences de protection de la santé (ATS) de Bergame et de Brescia en accord avec le ministère de la santé et l’Istituto Superiore di Sanità, ont décidé d’élargir l’offre de vaccination gratuite par une action de vaccination extraordinaire tant dans les communes principalement concernées (Villongo, Credaro, Sarnico, Predore, Paratico) que dans les communes voisines (Adrara San Martino, Adrara San Rocco, Castelli Calepio, Foresto Sparso, Gandosso, Grumello del Monte, Parzanica, Tavernola Bergamasca, Viadanica, Vigolo, Iseo, Capriolo.) ». [12]

En effet, une “ceinture de sécurité extraordinaire” fut lancée par la Région Lombardie, à partir du 24 décembre 2019, avec une offre de vaccination gratuite à l’encontre de la méningite. [13] Elle couvrait plus particulièrement la Province de Bergame – la région de Basso Sebino et de Grumello.

La quasi-totalité de cette population fut vaccinée, en janvier 2020, à l’encontre de la méningite suite à une épidémie de Méningite C, qui sévit durant plusieurs mois… et qui toucha 6 personnes dont deux décédèrent !! Tout va bien ?

Selon les données provenant des conseillers de la Région Lombardie, la quasi-totalité de la région de Basso Sebino et de Grumello fut vaccinée. Qui plus est, certains médecins prescrivaient des antibiotiques aux personnes les plus effrayées – dont certaines, même, commencèrent à porter des masques de protection dès le début janvier 2020 – de par le fait que la vaccination antiméningococcique “ne prend effet” qu’au bout de quelques semaines. [14] Il semblerait, également, que cette campagne de vaccination antiméningococcique C était concomitante de vaccinations à l’encontre du papillomavirus.

Il est à noter qu’une étude de 2007, publiée par Elsevier, mettait en exergue la non-nécessité d’une vaccination universelle antiméningococcique en Lombardie – de par l’impact quasiment inexistant de cette pathologie dans cette région de l’Italie qui accueille 20% de sa population globale. [15]

En janvier 2020, la campagne systématique de vaccination antiméningococcique, en Lombardie, fut étayée, très amplement, par la “peur des Migrants” – à savoir par la peur de cette gigantesque Invasion de Migrants Africains programmée par les Banksters de l’Europe afin de détruire ce qu’il reste du tissu social de nombreux pays Européens.

Le 9 janvier 2020, l’Institut Supérieur de Santé de Rome (Istituto Superiore di Sanità) déclarait: « L’attention doit donc rester élevée, tant dans le cas spécifique de l’épidémie de Bergame que dans le cas de cas isolés qui pourraient survenir. Pour soutenir le suivi et la gestion des cas et des flambées, la coordination nationale du système de surveillance des maladies bactériennes invasives de Neisseria meningitidis, Streptococcus pneumoniae et Haemophilus influenzae et de la méningite bactérienne est active au sein du service des maladies infectieuses de l’ISS. De plus, grâce aux travaux du Laboratoire national de référence pour le méningocoque, l’ISS soutient le diagnostic et le séquençage génomique d’échantillons et les initiatives de santé publique dont la stratégie de vaccination ». [16]

Pour mémoire. Neisseria meningitidis, ou Méningocoque, est une bactérie induisant des méningites. Haemophilus influenzae, autrefois appelée Bacille de Pfeiffer, est une bactérie présente dans plus de la moitié de la population – considérée comme porteuse saine. Elle profite de l’affaiblissement de l’organisme humain pour générer des pathologies telles que: otite, sinusite, méningite, bronchite, pneumopathie, septicémie… Streptococcus pneumoniae, ou pneumocoque, est une bactérie induisant plusieurs types d’infections: otite, sinusite, méningite, bronchite, pneumopathie, septicémie… Il en existe de nombreuses souches qui sont devenues totalement résistantes aux antibiotiques.

Lorsque l’on consulte la fiche Vidal pour le vaccin Méningitec, par exemple, cela fait frissonner. En fait, ce vaccin, comme tous les vaccins antiméningococciques – et, en fait, comme tous les vaccins – est hautement dangereux et j’invite les lecteurs à consulter la page du site Initiative Citoyenne concernant ces vaccins antiméningococciques génocidaires. [17]

La région autonome de Sardaigne a publié une étude en 2019 sur le thème de la vaccination antiméningococcique. [18] De plus, il est à noter qu’une étude de septembre 2018 intitulée “Do Tuscan people adhere to meningococcal C vaccination during an emergency campaign?” s’interrogeait quant à l’acceptation, par la population de Toscane, d’une vaccination antiméningococcique suite à une “épidémie”, en 2015, générant 52 cas d’infection. Lors de cette campagne, les personnes de plus de 55 ans d’âge furent informées que la médecine conventionnelle ne pouvait assurer aucune certitude de protection conférée par ce type de vaccins. Pour la tranche d’âge de 11 à 45 ans, ce sont 64 998 personnes qui furent vaccinées à Florence et en Toscane – à savoir une couverture de 21%. [19]

Le but affiché était également de réduire l’incidence de la méningite, en vaccinant en priorité les plus jeunes, et les adolescents, afin de développer le concept très prisé, et complètement débile, “d’immunité de troupeau”. La tranche d’âge de 11 à 20 ans fut, ainsi, couverte à 47%. C’est en 2005 que la vaccination à l’encontre de la méningite C fut introduite, en Italie, pour les nourrisson âgés de douze mois. [20]

De plus, on entend, dernièrement, des témoignages provenant d’Italie quant à la découverte, par des médecins de Lombardie, de formes bizarres de pneumonie nécessitant des analyses spéciales de scanner et autres – et datant d’octobre, novembre et décembre 2019. C’est ce qu’affirme, par exemple, le Professeur Giuseppe Remuzzi, Directeur de l’Institut Mario Negri de Recherches Pharmacologique de Milan. [21] Ne pourrait-on pas suspecter que ces nouvelles formes de pneumonie non habituelles soient, également, générées par la campagne de vaccination anti-méningite qui était, déjà, bien en cours durant l’automne 2019 ? [22] A savoir, bien avant cette campagne de vaccination systématique qui eut lieu durant les deux premières semaines de janvier 2020 dans la région de Bergama – et dont furent victimes 35 000 personnes.